Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un est arrivé en Russie pour rencontrer Vladimir Poutine

C’est son premier voyage à l’étranger depuis le début de la pandémie de Covid-19. Kim Jong Un, parti dimanche de Pyongyang à bord de son train blindé, est arrivé dans l’extrême orient russe ce mardi.

Le dictateur Kim Jong Un, parti dimanche de Pyongyang à bord d’un train blindé, est arrivé en Russie ce mardi, où il doit parler de “sujets sensibles” avec Vladimir Poutine dans les jours à venir, selon le porte-parole du Kremlin cité par l’agence russe Ria Novosti.

PUBLICITÉ

Kim Jong Un doit s’entretenir avec le président russe lors de son premier voyage à l’étranger depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Le sommet avec le président russe doit se tenir dans les prochains jours quelque part dans l’Extrême-Orient russe. Moscou n’a précisé ni la date ni le lieu de la rencontre.

Vladimir Poutine se trouve actuellement à Vladivostok, dans la région du Littoral, pour un forum économique annuel qui se termine mercredi. Mais la rencontre doit avoir lieu dans un autre cadre, selon le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

Washington craint que Moscou s’approvisionne en armes pour ses opérations militaires en Ukraine auprès de la Corée du Nord, elle-même sous sanctions à cause de ses programmes nucléaire et de missiles.

“En bâtissant nos relations avec nos voisins, y compris la Corée du Nord, l’important pour nous est l’intérêt de nos deux pays, et pas les mises en gardes de Washington”, a-t-il déclaré.

Train blindé aux wagons verts

Le train du dirigeant nord-coréen est entré en Russie et roule dans la région russe du Littoral, frontalière de la Corée du Nord, selon Ria Novosti. Des images de l’agence russe montrent le convoi aux wagons verts foncés tirés sur une voie par une locomotive des chemins de fer russes.

Selon le journal sud-coréen Chosun Ilbo, au moins 20 heures sont nécessaires pour relier Pyongyang et Vladivostok, un trajet de 1 200 kilomètres, en supposant que le train spécial de Kim Jong Un – qui est probablement très lourd en raison de son blindage – roule à une vitesse d’environ 60 km/h.

Le numéro un nord-coréen, dont les voyages à l’étranger sont très rares, est accompagné de hauts responsables militaires, parmi lesquels son chef de la défense, son ministre des Affaires étrangères et des responsables de la production d’armes et de la technologie spatiale, selon les médias officiels.

Selon des experts, la rencontre entre MM. Poutine et Kim pourrait porter sur un accord d’armement, car M. Poutine chercherait à acquérir des obus et des missiles antichars auprès de la Corée du Nord.

De son côté, Pyongyang serait en quête de technologies de pointe pour des satellites et des sous-marins à propulsion nucléaire ainsi que d’une aide alimentaire.

La Corée du Sud est un important exportateur d’équipements militaires et a vendu des chars à la Pologne, alliée de Kyiv. Mais sa politique intérieure de longue date lui interdit de fournir des armements à des parties engagées dans de véritables conflits armés.

PUBLICITÉ

Selon Cheong Seong-chang, chercheur à l’Institut Sejong, si la Corée du Nord intensifiait sa coopération militaire avec la Russie, “il y aurait une probabilité accrue de conflit prolongé en Ukraine”. Tandis qu’en récompense de son aide à Moscou, “le développement des sous-marins nucléaires et des satellites de reconnaissance de la Corée du Nord pourrait progresser à un rythme plus rapide”.

Source link

مقالات ذات صلة

زر الذهاب إلى الأعلى